Connexion S'enregistrer

Connexion

Présentation du PAC

  • Un club FFA convivial

    Un club FFA convivial

  • Organisateur de courses

    Organisateur de courses

    24 heures du Confluent Trail du Confluent Boucle du Confluent
  • Participation aux relais et courses

    Participation aux relais et courses

    10km, marathon, utltra, trails... nous sommes sur toutes les distances.
  • Entrainements Mardi soir, Jeudi soir et Dimanche

    Entrainements Mardi soir, Jeudi soir et Dimanche

    De la qualité avec le coach le mardi De l'endurance dans les côteaux le Dimanche
  • Sorties montagnes

    Sorties montagnes

    Des entrainement trails et randos à la montagne
  • Sorties festives

    Sorties festives

    Quelques sorties nocturnes sans frontale
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Permettez-moi de faire un retour en arrière, pour la simple raison que cette histoire démarre un samedi 24 août 2013 :

Ca fait un peu plus de 35h que je suis dans les Pyrénées ; il y a environ 3 kilos qui me sépare de Tournaboup. Après ce ravitaillement il me restera à effectuer 30 kilos pour avoir bouclé mes 160 kilos du GRP 2013 !

C’est à ce moment précis que j’aperçois Mariano arriver vers moi, je suis très surpris je ne l’attendais pas, heureuse surprise ! super Jean-Marie me dit- il j’ai une idée : vient avec moi l’année prochaine sur la diagonale des fous !! tu es malade je lui réponds, regarde où j’en suis, je n’ai rien à faire sur ce genre de course !

Puis j’ai vécu cette arrivée, le bonheur, le repos est venu, les semaines ont passés……

Voilà comment un lundi matin du mois de janvier je me suis retrouvé devant mon ordi à essayer d’obtenir un dossard pour la diagonale 2014…. Le dossard 899 est tombé dans mon escarcelle, super !

Bien évidemment, tout l’entrainement, toutes mes sorties, toutes les courses prévues durant cette année 2014, toutes mes pensées sportives étaient destinées vers cette ultime épreuve. Puis il y a eu ce dimanche 03 août ou cette fameuse blessure à mon genou droit est venu tout bouleversé, arrêt de mon entrainement !

La suite tout le monde la connait, physiquement des hauts et des bas, une fois oui une fois non. Néanmoins, j’ai un dossard, je décide de m’aligner. Objectif des dernières semaines repos, repos et repos complet.

Nous voila donc, Valériane, JB et moi même à l'aéroport de La Réunion Roland-Garros, accueilli par le cousin de Val, Richard, mais pas uniquement, car les caméras étaient là aussi, mais pas pour moi, c'était pour François d'Haene ! Tous les raideurs sont aussi conviés à un pot d'accueil par l'organisation de la diagonale.

Jeudi 23 octobre, il est 20h45, nous sommes dans la zone de départ à Saint Pierre. Je suis prêt à en découdre et surtout avec l’image d’un raid hors du commun, ambiance unique, convivialité organisation au top !

Mon arrivée dans l’enceinte de départ a été très chaotique : nous avions la possibilité de déposer 2 sacs pour les bases de vie et 1 pour l’arrivée, perso j’en avais que 2 ayant Val pour me "recueillir" à l’arrivée, et là curieusement il y a un binz, je ne comprends pas : il y a une queue de plusieurs dizaine de mètres avant de pouvoir laisser nos sacs...... cela m’a pris exactement 1h10 (avec le contrôle du sac à dos qui lui a pris que 10') à rester debout à piétiner avant le départ !

Bon ça y est tout les formalités sont faites je suis enfin dans l’enceinte de départ avec tous les projecteurs, une tribune pour les élites qui ont été interviewé. Il est aussi prévu une collation, sauf qu’il n’y avait plus rien lorsque j’y arrive hormis des chocolatines……….derrière une barrière je passe devant Val, JB, Richard et son épouse Françoise, dernier bisou avant l’aventure !

Le feu d’artifice explose, c'est le départ ! Dommage le feu d’artifice est dans notre dos on ne verra rien, mais bon ce qui compte est devant nous. Une foule gigantesque nous encouragera pendant 5 kilos, et jusqu’ à tard dans la nuit ils seront là, ça c’était bien.

Au premier pointage électronique : une file dantesque pour se faire pointer….bizarre.... on prend notre mal en patience…tout le monde est sage ! à ce pointage c'est le premier ravitaillement prévu avec du solide j’entre dans la salle ; plus rien à se mettre sous la dent, je suis surpris mais bon pas grave ce n’est que le début, j’ai confiance on m’a tellement dit que les ravitos étaient gigantesque! le prochain sera super j’en suis persuadé.

Je repars serein. Nous sommes sur un single, là aussi ça bouche, 40' d'attente mais cela me convient particulièrement, ça repose mon genou. Le jour arrive et je suis vraiment content car mon genou tient bon ! sur les ravitos suivants toujours rien à se mettre sous la dent, il y a uniquement : eau plate (même pas d'eau gazeuse), coca, banane et orange parfois quelques raisins secs) c'est vraiment déplaisant et même incompréhensible, dans mon sac je n’ai que du sucré rien de salé. J’avoue que ça me stress, ça ne me convient pas car à compter du trentième kilo j’ai besoin de salé. Certes je peux m’en vouloir de ne pas avoir emporté du salé, mais bon sang de bon sang on est sur la diagonale ? j'ai cherché à comprendre et la réponse que l’on m’a apporté à la question : il n’y a rien en solide ? « les premiers sont passé monsieur il n’y a plus rien… » je suis déçu.

Mon genou va toujours bien et je décide donc d’activer, il est temps de rentrer dans la course et d'en profiter. Sur les morceaux de plat et de descente (lorsque le terrain le permet), je double et j'avance bien, ça c'est du bonheur...malgré cela j'aurai toujours à l’esprit la crainte de mon genou, je m'accorderai toujours des pauses de marche pour le protéger au max, d’autant plus que nous arrivons dans la boue accompagné d’une tempête de pluie, de vent et des nuages: j’ai vécu les Citadelles!. Cela sera ainsi jusqu’ 50iéme kilos (ravitaillement de Mare à Boue) ou là enfin on m'offre un vrai ravito avec le fameux poulet grillé….que ça été bon !. j’en profite vraiment bien, je fais un petit tour dans la tente du repos des combattants, là, je vois déjà beaucoup de compétiteur allongé ou assis transi de froid.

Un petit coup de fil à Val pour lui dire que je suis à 16 kilos de Cilaos, tout va bien. La montée au coteau Kerveguen n’échappera pas à la marée de boue, mais aucune importance ça fait partie du jeu il faut l’accepter. Je vais suivre une traileuse locale qui donnera le rythme, c'est bien de se faire emmener ! c’est plaisant je me sens bien, je commence à rentrer dans cette course je pense que ce genou va me laisser tranquille, hormis quelques douleurs sur les descentes, mais enfin je l’oublie !

J’arrive sur Cilaos (66 kilos) le soleil est au rendez vous sur ce cirque mais aussi Val avec JB, super. Cilaos est la première base de vie, je vais prendre le temps de me changer, manger (cette fois ci il y aura ce qu’il faut), boire une DoDo que ma chérie aura pris soin de m’acheter, puis me faire masser le haut du dos, et c’est reparti vers le Piton des neiges ce qu’ils appellent le bloc (1200 D+). Immédiatement nous serons dans le vif du sujet car pas de répit ça grimpe de suite et le terrain ne triche pas, mais on est là pour ça. C’est dur très dur, ce ne sont que des marches raides sur 1000 de D+, et là, ça coince je sens mes jambes en difficultés et commence à me dire qu’il va falloir gérer on est loin de l’arrivée ! c’est vraiment dur, en principe je n’ai pas ce mal aux jambes ni cette respiration haletante et pourtant je ne vais pas vite, alors qu’est ce qui se passe ? au sommet on cumulera 4748 de D+ et 75 kilos, pour moi c’est le manque d’entrainement cumulé avec ce type de terrain très exigeant qui me met en grande difficulté. Peu importe je pense à la descente qui va suivre et me permettra de récupérer.

La nuit s'est installé, enfin nous arrivons au sommet (vent glacial), la question qui va fâcher : allons nous avoir droit à un petit réconfort au ravitaillement ? bien sûr que non….. on a droit à une seule toute petit tente avec de l’eau et du coca, pas de chaud, alors qu’il y a un grand refuge…..j’ai 3h30 d’avance sur les barrières horaire, content d’être là et d’amorcer cette descente de 8,500 kilo et 1030 de D-, je me reposerai au prochain ravito le gite de Belouve, cela est impératif je me sens fatigué et ainsi pourrait attaquer cette 2e nuit dans les meilleurs conditions. On avait 2h15 pour faire cette descente j’ai mis 3h30…….je me suis retrouvé avec un groupe d’une douzaine de trailers. Une descente hyper technique et toute glissante, on commence à voir des trailers sur le bas côté recouvert de leur couverture de survie.

J’ai vécu l’enfer sur cette descente, des grosses pierres, des échelles, des escaliers, des rondins de bois à n’en plus finir…. mais je reste avec le groupe. Vraiment il va falloir que je dorme sinon c’en sera fini. Dans ma tête trotte l’aiguille et je sens bien que je perds sur mon avance des barrières horaire, ça me prend la tête et me retrouve plus, c’est là qu’un dégout de l’épreuve s’est installé dans ma tête : je ne comprends pas comment il donne que 2h15 pour faire cette descente, je me sens pas assez maître de la situation, je subis , le timing mis dans la tête s’effondre, néanmoins je m’accroche et on arrivera à ce gite de Belouve à 3 sur la douzaine que nous étions au départ de la descente….c'est dire....y a eu du dégât ! content d'être là pour me reposer, sauf que : rien de chaud ….pas de soupe……..une tente de quelques mètres……ça m’énerve, cette notion de dégout d’aucun plaisir renait, y en a marre de ses ravitaillements de M….. Il faut que je dorme je n’ai pas récupéré de la montée et cumulé avec la fatigue de la descente ça fait beaucoup.

Puis Il se met à repleuvoir………………….je me mets où ? pas de place sous la tente ridicule…….c’est décidé c’en est trop je rentre à la maison ! là où je me situe géographiquement dur dur pour Val de venir me chercher je décide donc de descendre à Hell bourg 4 kilos plus loin, ce sera plus facile pour elle.

La suite vous la connaissez..... J’aurai donc parcouru sur cette belle ile 87kilo et 5000 de D+.

Suis-je déçu ? bien sûr, mais afin de ne pas tomber dans l’abime de l’échec & des regrets, je garderai que les notes positives : ma blessure au genou va se trouver derrière moi, et avec si peu d’entrainement sur un terrain aussi exigeant pas si mal que ça d’avoir tenu la moitié de ce raid !

Je vais oublier aussi cette organisation qui vraiment a failli et n’a pas été au rendez vous.

Y retournerai-je ? oui, non, peut-être….si c’était en métropole la réponse serait YES. Ou alors pour mon passage en V3? Valériane tu m’accompagnerais ? bref c’est à ce jour trop tôt.

Un dernier point :

A mon humble avis, et pour les personnes comme moi qui n’ont pas de niveau, c’est une épreuve où il faut être vraiment en forme je jour J et un entrainement satisfaisant, non pas un entrainement lié aux caractéristique du terrain (y en a pas chez nous de toute façon) mais être entrainé physiquement afin de tenir le choc et ça doit être l'objectif final de l'année, c'est loin autant y aller pour passer la ligne d'arrivée!

J’espère ne pas vous avoir déçu, et vous remercie de votre soutien cela fait VRAIMENT CHAUD AU COEUR !

Ce qui est certain je vais repartir en entrainement et choisir un ultra pour 2015, je dois me rattraper !

Le restant des vacances s’est particulièrement bien passé et avons vraiment profité pleinement de ce cadre magnifique (Salazie, le volcan, Mafate, le nord, sud, l’est, l’ouest, le lagon…..) et de la famille de Val.

 


Posté le: il y a 4 ans 2 mois par seb #1042
Portrait de seb
c'est une île merveilleuse... comme la mer il faut la connaitre pour l'affronter. Pense a ta première de Millau...
Tu la fait en sachant très bien que c'était un palier... Un palier dans ton cheminement spirituel. Le sport est une leçon de vie, la nature aussi. J aurai aimé être la avec toi et te soutenir tout au long de ce parcours, que je te soul et que du coup le dégoût de la difficulté se porte sur moi. Et puis j aurais toujours eu une dodo dans mon panier avec quelques cacahuètes!! hihi!
En tout cas félicitation pour cet exploit que beaucoup de personnes sont loin de pouvoir réaliser!
Gros bisous tonton
Posté le: il y a 4 ans 2 mois par Jerome DEPIERRE #1041
Portrait de Jerome DEPIERRE
Déçus, c'est sûr que nous l'avons tous été, je crois.
Mais nous n'avons pas été déçu par toi... nous avons été déçus POUR toi.

J'aurais aimé que tu vives la satisfaction d'une arrivée à la Redoute comme j'ai pu la vivre et la partager l'année dernière.
Mise à part ça, je pense que tu as dû bien profité de ton début de course, les photos sont supers. Les dernières heures de course ne sont jamais les plus agréables (...à part la délivrance finale), tu as eu raison de t'éviter ça :P

Mon abandon récent aux 100 miles m'a bien montré qu'on aborde pas les ultras sans être à 100% mentalement comme physiquement.
Tu n'as pas à t'en vouloir d'abandonner. C'est un loisir, c'est pour le plaisir.
Repose toi bien et reviens vite, motivé comme tu sais l'être, pour revivre de nouvelles aventures.
Posté le: il y a 4 ans 2 mois par Jean Philippe degoul #1040
Portrait de Jean Philippe degoul
J'ai pris plaisir à lire ton expérience et merci de nous avoir fait partager ton aventure
Je te félicite grandement pour ce que tu as réalisé dans des conditions très difficiles
Au plaisir de se revoir prochainement
Posté le: il y a 4 ans 2 mois par Stéphanie FAUQUÉ #1038
Portrait de Stéphanie FAUQUÉ
Hey ! Bien sûr que tu ne nous a pas déçu, ce que tu as fait est super surtout compte tenu des circonstances. Ton message donne quand même envie de participer à une telle aventure... Biz
Posté le: il y a 4 ans 2 mois par Denis CARADEC #1037
Portrait de Denis CARADEC
Super témoignage Jean Marie! C'est quand même un parcours qui donne envie... Je garde ta conclusion précieusement, l'entrainement est une des clés de réussite, et aussi la chance tout au long de la préparation. Bonne récupération!

Actualités

Twitter Facebook Google Plus

Agenda

2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
7
8
9
10
11
14
15
16
17
21
22
23
24
25
28
29
30
31

Forum

Connexion

Besoin d'aide ?

Chercher sur le site