Connexion S'enregistrer

Connexion

Présentation du PAC

  • Un club FFA convivial

    Un club FFA convivial

  • Organisateur de courses

    Organisateur de courses

    24 heures du Confluent Trail du Confluent Boucle du Confluent
  • Participation aux relais et courses

    Participation aux relais et courses

    10km, marathon, utltra, trails... nous sommes sur toutes les distances.
  • Entrainements Mardi soir, Jeudi soir et Dimanche

    Entrainements Mardi soir, Jeudi soir et Dimanche

    De la qualité avec le coach le mardi De l'endurance dans les côteaux le Dimanche
  • Sorties montagnes

    Sorties montagnes

    Des entrainement trails et randos à la montagne
  • Sorties festives

    Sorties festives

    Quelques sorties nocturnes sans frontale
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Après m’être inscrit le 25 juin 2012, c’est enfin le départ pour le Marathon de New York. Nous avons la chance d’avoir eu l’Airbus 380 au départ de Paris, et nous nous retrouvons sur le même vol que Sandrine et Claude. Après un tour de ville en Bus, nous arrivons sur le village marathon avec déjà un max de sécurité et donc la queue pour la fouille des sacs. Nous voici avec nos dossards et un ruban pour témoignages aux victimes de Boston. Nous sommes prêts pour ce rendez-vous du 3 novembre 2013.

 

Déjà pas mal de marche pour rentrer à pied à l’hôtel, la ville est immense, ça va être dur de ne pas trop faire de kilomètres…

Le lendemain matin, rdv à 7h20 pour le départ sur la « petite course de 5 kms » dans la 5eme avenue et Central Park. Enfin sur la petite course, il y a plus de 20 000 participants, Muriel et mes enfants sont inscrits pour profiter de la ville sans voitures. Je décide de les accompagner sur place avec la surprise du départ à deux kilomètres plus loin et pas de bus prévu. Dominique Chauvelier ouvre la marche des Thomas Cook en mettant un peu d’ambiance sonore.

On voit déjà l’organisation avec des sas au cordeau, les français sont devant et le départ a lieu juste après l’hymne national chanté par une coureuse. J’attends presque 10 minutes avant de pouvoir traverser la rue pour rejoindre l’arrivée tant il y a de coureurs. Finalement j’aurais du faire la course, car c’était plus loin sans pouvoir couper à travers, et j’ai fait plus de kilomètres. Mon fils s’en sortira pas trop mal en 24’10’’ en 866 eme position.

Retour à l’hôtel à pied, visite en bateau l’après midi ouf. Et pas de Pasta pour nous, encore assez loin et surtout à 18 heures, mais un restau pâtes le soir.

Le lendemain matin, je retrouve Sandrine et Claude au petit déjeuner à 5h00, pour départ en bus à 6h00. La nuit a été courte avec le décalage horaire, c’est difficile de faire des nuits complètes et je me traine une laryngite depuis notre départ. Donc petite forme.

Après une heure de bus, on arrive enfin sur l’aire de départ. Nouvelle fouille des sacs et accès sur le terrain garni de paille fraiche, tout le monde a la mine patibulaire et cela ressemble à une zone de réfugiés vêtus de sacs poubelles, de vieux manteaux, couvertures…Etc.

Moi-même, je dépose un brevet après avoir revu le « père Noël est une ordure », j’ai découpé une paire de chaussettes de montagne pour faire des manchons de bras et des gants avec un trou pour le pouce. Ce sera bien utile, mais insuffisant pour braver le froid qui est tombé dans la nuit. J’ai jeté à tort mon sac poubelle pourtant utile contre le vent. Il fait 6°Celsius soit 42°Fahrenheit….mais avec le vent on est plutôt sur du 2 à 3° ressenti.

L’organisation des sas est parfaite, pas de bousculades malgré les 50870 participants. J’ai eu de la chance de partir dans la 1er Vague à 9h40 avec parait-il les élites nationaux ???

On s’approche de la ligne de départ, j’enlève une première couche de vêtements dans un conteneur pour les SDF de la ville, ca pique un peu…

Enfin c’est à nouveau l’hymne national, le discours du Maire de New York (encore pour deux jours), et la musique avant le départ….facile c’est « New York, New York… ». Coup de pétard et ça roule, à peine une minute de plus pour franchir la ligne (contre au moins 5 minutes à Londres), pas de piétinement, ça part nickel à la bonne vitesse.

Je me suis fixé un objectif de 3h45, mais le matin vu mon état de forme, je n’étais même plus sûr de pouvoir finir… mais comme dit Claude, « au PAC faut en baver c’est clair… » Et au prix du ticket il vaut mieux faire les Kms même en rampant. Ca tombe bien car on commence par une belle rampe, le pont Verrazano de 2kms de long, à 80 mètres au dessus de la mer, super bien ventilé.

Après le pont, je commence à me réchauffer un peu et je jette mon costume de Sdf, pour dévoiler mon tee-shirt du PAC avec le drapeau France dessus, j’aurais d’ailleurs pleins d’encouragements du public avec des « Allez la France ». Mais en short et en tee-shirt, il fait toujours frais dans des avenues à l’ombre et balayées par le vent et surtout interminables.

Pas de souci majeur jusqu’au semi, voire jusqu’au 30 eme, à 3h08 de course .il y a de l’eau à bonne température au ravito et du Gatorade. Sachant qu’il n’y a rien à manger, j’ai pris mes gels avec moi. Les difficultés vont commencer en revenant dans Manhattan, avec des gros faux-plats montants dans des avenues ventées et larges comme des autoroutes deux fois trois voies et des trottoirs de 3 mètres de large remplis d’une foule enthousiaste.

Bref, je baisse un peu de régime et je continue à avoir un peu froid…la délivrance arrive en arrivant vers Central Park, même s’ il reste encore du dénivelé…Le dernier mile et j’accélère pour finir les 400 yards restant…et la satisfaction de finir en moins de 4 heures en 03h58’20’’. A la place de 14 870 eme sur 50 000 et quelques… ;

On nous donne la jolie médaille, puis c’est un long cheminement pour sortir de la zone, avec une couverture de survie, puis une poche ravito, et enfin une cape orange. Heureusement, j’ai jeté ma poche consigne, car c’était encore plus loin…

 

Au moins un Km à faire avec des douleurs et des crampes avant de retrouver ma famille. Petit restau, puis deux kms pour l’hôtel, car les taxis sont pris d’assaut.

Une bonne nuit de récup, et on repart toujours en marchant vers la ligne d’arrivée pour voir le village marathon où l’on peut graver les médailles et acheter des tee-shirts Finisher.

Il fait encore plus froid que la veille, mais nous sommes nombreux à arpenter encore les rues avec une démarche Pingouin reconnaissable. Certains continuent à arborer leur médaille, ils ont du dormir avec, mais tous les passants que l’on croise ne manquent pas de féliciter les coureurs….

Dommage, ça passe trop vite, on n’a pas eu le temps de tout visiter, on a trop marché et la ville est trop grande pour tout voir….Marathon à faire, superbe ambiance, visite complète de la ville à pied, public chaleureux.

Bravo à Sandrine et Claude pour leur premier Marathon, je n’ai pas revu Alain Brondes sur place...

Un peu moins d’ambiance qu’à Londres, mais organisation plus au top…

Des beaux souvenirs….quelques douleurs résiduelles….mais :

Vivement le prochain…Madrid en Avril 2014.


Posté le: il y a 5 ans 2 mois par PASCAL Laurent #421
Portrait de Laurent PASCAL
Et prochain marathon, tu souriras sur les photos ^^ ;)

Actualités

Twitter Facebook Google Plus

Agenda

2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
7
8
9
10
11
14
15
16
17
21
22
23
24
25
28
29
30
31

Forum

Connexion

Besoin d'aide ?

Chercher sur le site